Pathologies de la surface oculaire

La surface oculaire joue un rôle fondamental pour le confort et la vue des patients. Le Laboratoire Densmore développe des formules innovantes pour améliorer leur prise en charge.


La surface oculaire : un écosystème à préserver

La surface oculaire est un milieu complexe qui assure l’interface entre l’œil et le milieu extérieur : notre perception visuelle tient à la pénétration de la lumière à travers la cornée et la mise au point de l’image sur la rétine1. Le film lacrymal assure la transmission correcte de l’image. C’est pourquoi toute déficience de sa structure entraîne des conséquences sur la qualité de la perception. De plus, la surface oculaire est optiquement efficace à condition que la cornée, la conjonctive et les paupières ne soient pas perturbées par des pathologies1,2.


Les affections de la surface oculaire

La surface oculaire est concernée dans la plupart des problèmes de transmission des informations visuelles à la rétine. Les symptômes sont variés : rougeurs, larmoiement, baisse d’acuité visuelle, sensation de grain de sable ou de brûlures, etc. Ils peuvent être la conséquence de pathologies dégénératives, immunologiques, allergiques, infectieuses ou encore inflammatoires comme la sécheresse oculaire1. L’ophtalmologiste est l’interlocuteur privilégié pour établir un diagnostic et définir la meilleure prise en charge1,2.


L’incidence de l’environnement et des modes de vie

La prévalence des affections de la surface oculaire ne cesse d’augmenter depuis plusieurs décennies2. Les facteurs en cause sont nombreux : l’environnement (pollution atmosphérique, température élevée, hygrométrie basse, ventilation inadaptée), les équipements (climatisation, exposition aux écrans et aux LED, etc), les agressions chimiques (aldéhydes, monoxyde de carbone, conservateurs, etc), certaines carences alimentaires ou encore le port de lentilles de contact2.

Afin de préserver la qualité de vie des patients, les équipes du laboratoire Densmore travaillent à l’identification de molécules efficaces et à la mise au point de solutions ophtalmiques.


Références :

1. Doan S, La sécheresse oculaire : de la clinique au traitement. – Med’com, 2008.

2. Pisella PJ, Baudouin C, Hoang-Xuan T, Rapport SFO : la Surface oculaire. – Elsevier-Masson, 2015.